BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

L’historique du Taï Ji Quan

article



Comme pour tous les arts martiaux, l'origine du Taï Ji Quan se perd dans les brumes des temps légendaires. Le Taï Ji Quan, tel que nous le connaissons aujourd'hui, est de création récente, les preuves historiques fiables datant du 19e siècle.

Par Dominique Radisson


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao hors-série n°1 : Kung Fu, Taï Ji Quan & Qi Gong
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Il est vrai que cet art, jusqu'à très récemment considéré comme secret, n'était transmis que "de bouche à bouche et de peau à peau". Le Taï Ji Quan s'est diffusé en plusieurs écoles, qui sont les marques d'autant de Maîtres. Génération Tao passe en revue les figures marquantes de cette généalogie.

Chan San Feng, le père légendaire
Au cours de la dynastie des Ming, Chang San Feng (13e siècle), ermite taoïste du mont Wudang, est un personnage extraordinaire. Combattant redoutable, mage, devin, médecin et alchimiste, il aurait créé le Taï Ji Quan après avoir observé un combat entre une pie et un serpent. Les attaques vives, directes et puissantes de l'oiseau ne purent défaire les mouvements souples, circulaires et ondulatoires du serpent. Chang San Feng comprit alors la suprématie de la souplesse sur la rigidité, de l'intention sur la volonté, et l'importance de l'alternance du yin et du yang. Il élabora alors le Taï Ji Quan, application à la boxe des principes du Taiji ("faîte suprême").
Selon une autre légende, Chang San Feng aurait reçu cette technique en rêve. Quoi qu'il en soit, comme l'affectionne la tradition chinoise, la création du Taï Ji Quan n'est pas une invention au sens strict du terme, mais une redécouverte, voire une révélation, en plein jour ou par l'intermédiaire d'un rêve, de principes anciens1.

Chen Wang Ting, le père historique
Chen Wang Ting (1600-1680) était originaire de la province du Henan. Après une carrière militaire, il se retire et se consacre aux arts martiaux, donnant naissance, à un âge déjà avancé, au Taï Ji Quan, à partir de divers styles de boxe. Dès lors, la famille Chen va conserver en son sein la transmission du Taï Ji Quan, selon un système patriarcal strict. Il existe un courant historique selon lequel Chen Wang Ting aurait été formé au Chang Quan, selon l'enseignement de l'expert Wang Zong Yue, ainsi considéré par certains comme le véritable fondateur du Taï Ji Quan.

Chen Chang Xing, celui qui a permis l'essor du Taï Ji Quan.
Chen Chang Xing (1771-1853), descendant direct de Chen Wang Ting, eut beaucoup de disciples, et fut le premier à accepter des disciples étrangers à la famille Chen, et notamment Yang Lu Chan, le futur fondateur de l'école Yang.

Yang Lu Chan, le fondateur de l'école Yang
Né dans la province du Heibei (1799-1872), il pratiqua très jeune les arts martiaux. ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*