BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Tui Shou, les mains circulaires

article

L’essence du Tai Ji Quan

Le Tui Shou, très difficilement traduisible, applique dans une étude à deux partenaires les principes du Tai Ji Quan. Howard Choy, expert dans la discipline, nous explique la réalisation et le sens des huit mouvements de mains.

Par Howard Choy


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°44
Nb de pages : 5

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Le Tui Shou est un système unique issu des arts martiaux chinois ; il a débuté sous une forme efficace d’auto-défense et a progressivement évolué vers un style populaire bon pour la santé. De nos jours, nombreux d’entre nous se sont familiarisés avec les bienfaits thérapeutiques du Taijiquan, mais bien peu sont tentés par le mode d’étude traditionnel qui consiste à apprendre à combattre et à se défendre autant qu’à se guérir et à prévenir les maladies. De mon point de vue, si l’on veut étudier sérieusement le Taijiquan, il faut se rendre familier des opposés complémentaires que constituent la créativité et la destruction inhérentes à un art martial traditionnel. Celui-ci met l’artiste martial au défi d’exprimer sa créativité au travers de l’effort physique. Dans le Taijiquan, une des études inventées par les vieux maîtres pour travailler dans ce genre de dualité contradictoire (indépendamment des applications des mouvements et l’art de les employer en San Shou ou en combat libre) est le jeu à deux du Tui Shou.

Tui Shou, les mains circulaires
Tui Shou est habituellement traduit par « poussée des mains » en français, mais ce n’est pas une traduction adaptée. Car le caractère chinois « Tui » dit plus que « pousser », il implique un mouvement circulaire comme dans « Tui Mo » : « frappes circulaires » ou dans « Tui Na » : « massage circulaire ». Il est aussi employé pour traduire l’action de « déduire », « tester », et « calculer ». Quant à « Shou », le terme signifie simplement « main ». D’après moi, il vaudrait donc mieux traduire « Tui Shou » par « mains circulaires » ou « mains qui calculent » ou même « mains qui testent » plutôt que « poussée des mains » qui implique un mouvement de mains en ligne droite sans développer la sensibilité recherchée. Je préfère d’ailleurs utiliser le terme chinois plutôt que la traduction.

Les huit mouvements de mains
L’origine du Taijiquan remonte aux treize postures de la forme du « Long Poing », c’est-à-dire du Taijiquan. Les treize postures sont composées de huit mouvements de mains et de positionnement des pieds dans les cinq directions cardinales. Les huit mouvements de mains sont : Peng (« repousser comme avec un bouclier »), Lu (« rouler vers l’arrière), Ji (« presser »), An (« pousser »), Cai ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*