Boutique
Abonnement à la revue
Abonnements internet
Publications
Revues Génération Tao
Dossiers thématiques
Articles
Vidéos
Sélection Génération Tao
Livres
CD audio
Elixirs énergétiques
Idées cadeaux
Stages Zen

Inscrivez-vous
à notre NEWSLETTER
CLUB génération TAO Offres spéciales Génération Tao Offres Abonnement Génération Tao
Groupe GENERATION TAO facebook Rejoignez notre groupe Facebook

Partenariat / Publicité

Budo EditionsSTAGES WUTAOHeureusement.org

exemple-visuel.png

Articles

+ Ajouter à la taothèque Si vous avez aimé, partagez-le, + Envoyer à un ami + Ajouter un commentaire
» retour

Les OGM & l’énergétique

Publié le 24/02/2009

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »

Tant de questionnements autour du niveau de « dangerosité » des OGM que l’on retrouve aujourd’hui dans la plupart de nos aliments, si l’on exclut la culture bio bien sûr : est-ce que c’est bon ou non pour la santé ? Et les effets à long terme ? Or, le poi

Par Bruno Repetto

Extrait de la revue : Le nouveau Génération Tao n°51
Nb de pages : 2
Difficulté de lecture :

Catégorie : Articles

Prix : 1.99 € (Gratuit pour les membres du club Tao)

Acheter

Descriptif

A une époque de grands débats et de procès pour ou contre les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés), il serait peut-être utile de dépasser le point de vue politique, légal, ou mercantile des laboratoires, pour considérer cette technique sous l’angle énergétique.

Le Qi des aliments
A proprement parler, les OGM ne se situent plus dans le cadre de l’énergétique et c’est là que réside le danger. Nous savons que tout ce qui est vivant ne peut l’être que par une dynamique de vie, une énergie qui anime la matière. Sans cette énergie, la matière est inerte. Donc fruits, légumes et animaux, ont une énergie, un Qi, spécifique. Ce Qi, selon son degré d’activation, se qualifie en nature froide, tiède ou chaude. Il peut, en outre, être affaibli par le temps écoulé entre la récolte et la consommation, ou par le lieu et les moyens de cultures (pollutions chimiques, électriques, nucléaires, vibrations géobiologiques…). Il peut s’enrichir et augmenter son taux vibratoire par une attention constante au temps de culture, de récolte, au lieu de croissance (ensoleillement, vents, orientations, ph et qualité du terrain), et par la qualité d’intention des personnes lors des différentes manipulations agricoles.
En dernier recours, le Qi des aliments peut être amélioré ou détérioré par les préparations culinaires et les cuissons qui renforcent ou diluent les formes, les couleurs, saveurs et parfums des aliments.

La transmission du vivant
Ce qui est vivant provient en général d’une transmission génétique, avec une partie du bagage génétique venant de gamètes mâles et une partie venant de gamètes femelles, ce qui en énergétique correspond au Jing, le Jing du père se mêlant au Jing de la mère pour donner la progéniture. Le Jing fait donc partie de l’énergie originelle, ce qui est transmis dans les graines, les semences. Une fois ce Jing altéré, il n’est plus possible de revenir en arrière. Il s’inscrit une nouvelle mémoire au cœur même de la matière qui la répliquera à l’infini. Le principe vital Jing sera désormais modifié, le Yin, les profondeurs, seront transmutés. Agir sur les Qi des aliments, c’est les modifier en accentuant les modalités bois, feu, terre, métal ou eau. Toucher au Jing, c’est de la transformation et non plus du changement ; l’altération crée une mutation dans la forme et les formes transmises génétiquement. Le retour en arrière n’est plus possible et modifiera aussi les Qi, puisqu’il est dit dans les ...

Mots clés

Vous aimerez aussi

Commentaires