Boutique
Abonnement à la revue
Abonnements internet
Publications
Revues Génération Tao
Dossiers thématiques
Articles
Vidéos
Sélection Génération Tao
Livres
CD audio
Elixirs énergétiques
Idées cadeaux
Stages Zen

Inscrivez-vous
à notre NEWSLETTER
CLUB génération TAO Offres spéciales Génération Tao Offres Abonnement Génération Tao
Groupe GENERATION TAO facebook Rejoignez notre groupe Facebook

Partenariat / Publicité

Budo EditionsSTAGES WUTAOHeureusement.org

exemple-visuel.png

Articles

+ Ajouter à la taothèque Si vous avez aimé, partagez-le, + Envoyer à un ami + Ajouter un commentaire
» retour

Interview avec Sandie Poussau

Publié le 25/02/2012

Je suis là pour accompagner, donner les outils et informer - propos recueillis par Sandrine Toutard

Sandie Poussau, relaxologue, accompagne les personnes en fin de vie et leurs familles, en permettant à chacun d’avoir le choix d’être acteur de ce passage existentiel.

Par Sandie Poussau

Extrait de la revue : Génération Tao n°63
Extrait du dossier : RITUELS, PASSAGES & TRANSFORMATIONS
Nb de pages : 2
Difficulté de lecture :

Catégorie : Articles

Prix : 1.99 € (Gratuit pour les membres du club Tao)

Acheter

Descriptif

GTao : Bonjour Sandie, pouvez-vous nous expliquer votre travail ?
Sandie Poussau : La manière dont je vois mon travail de relaxologue consiste à donner des outils à la famille (quand elle est présente) pour accompagner de façon active la personne qui est en train de partir. Cela leur donne une responsabilité autre que de patienter, veiller, attendre, culpabiliser, souffrir ; il y a beaucoup de souffrance à rester debout alors que celle ou celui que l’on aime reste couché. Je prends du temps pour leur expliquer des gestes énergétiques simples, issus notamment de l’EFT (Emotional Freedom Technique). Je leur apprends des points d’accupression. Ils ne sont pas nombreux et je pars du postulat que le corps sait ce dont il a besoin. Nous avons juste à stimuler quelques zones et le corps choisit ce qui lui convient. Parfois, je pose simplement mes doigts et j’invite la famille à participer : « Si vous avez envie de l’aider à se soulager… Venez à côté de moi, posez vos doigts ici, et respirez avec elle/lui »… Tout est mis en place pour aider la personne à se détendre. Je ne dis d’ailleurs jamais à la famille d’ « aider à mourir ». Mais je parle très franchement avec le patient qui est alité. Je lui explique que quand je le touche, je sens son corps très fatigué, que plus il va lutter et stresser, plus cela va être difficile pour lui. Son seul travail consiste à inspirer. L’expiration se réalise par elle-même. Il a juste à poser sa tête sur l’oreiller, à sentir son dos sur le matelas, à relâcher ses jambes et à sentir le contact de ses talons. Il ne faut pas trop entrer dans le détail car le corps est souvent douloureux à cette étape de la vie. La question n’est pas d’amener à une détente
globale du corps, mais de solliciter seulement quelques points, pour soulager.

GTao : La respiration est très importante pour accompagner le processus ?
S. P. : Oui. Je travaille beaucoup sur la respiration : la mienne, celle du patient et celle de l’entourage. La respiration a ce pouvoir systémique. Ainsi quand vous la libérez, les respirations de toutes les personnes présentes ont tendance à se calmer… Le souffle s’apaise. C’est un phénomène notable dans les accompagnements en fin de vie : en plaçant une inspiration au bon endroit, c’est-à-dire une inspire volontaire, un expir relâché ...

Mots clés

Vous aimerez aussi

Commentaires