Boutique
Abonnement à la revue
Abonnements internet
Publications
Revues Génération Tao
Dossiers thématiques
Articles
Vidéos
Sélection Génération Tao
Livres
CD audio
Elixirs énergétiques
Idées cadeaux
Stages Zen

Inscrivez-vous
à notre NEWSLETTER
CLUB génération TAO Offres spéciales Génération Tao Offres Abonnement Génération Tao
Groupe GENERATION TAO facebook Rejoignez notre groupe Facebook

Partenariat / Publicité

STAGES WUTAOHeureusement.org

exemple-visuel.png

Articles

+ Ajouter à la taothèque Si vous avez aimé, partagez-le, + Envoyer à un ami + Ajouter un commentaire
» retour

Confucius, l’homme libre

Publié le 04/04/2007



Confucius est le parangon du sage chinois, du parfait, de l’homme accompli. Toutefois, il reste aussi dans les mémoires pour être une sorte de moralisateur, d’homme fermé à toute nouveauté, de traditionaliste épris de hiérarchie. Mais, connaissons-nous vr

Par Eulalie Steens

Extrait de la revue : Génération Tao n°24
Extrait du dossier : Confucius Lao Zi
Nb de pages : 2
Difficulté de lecture :

Catégorie : Articles

Prix : 1.99 € (Gratuit pour les membres du club Tao)

Acheter

Descriptif

A ce barbon ennuyeux de Confucius, ne préfère-t-on pas bien souvent Lao zi, le père du Taoïsme, pour ses facultés d’esprit d’ouverture ? Mais, connaissons-nous vraiment Confucius ? Qui fut-il réellement ? Et s’il revenait aujourd’hui, quel regard poserait-il sur notre société ?

L’homme de la dynastie Zhou
Confucius est un nom latinisé par les Jésuites. Son véritable nom est Kong Qiu, et plus tard, Kong zi, Maître Kong. Il naquit en 551 avant J.-C. et mourut en 479 avant J.-C. Sa patrie de naissance était le Lu (actuelle province du Shandong). Issu d’une famille noble, mais extrêmement pauvre, élevé par sa mère devenue veuve très jeune, Confucius devint vite orphelin lorsque sa mère décéda à son tour ; puis il se maria à 19 ans et devint le père d’un fils (qui mourut avant lui, à 50 ans) et d’une fille. Dans sa jeunesse, il occupa un emploi auprès de la puissante famille Ji : préposé à la mesure du grain puis des pieux pour attacher le bétail des sacrifices. On remarquait cet homme sans histoire pour deux caractéristiques : sa haute taille, puisqu’il aurait dépassé les deux mètres, et son goût immodéré pour l’étude et l’histoire. Très apprécié pour son sérieux par le Duc de Lu, il lui fut offert un char pour qu’il puisse se rendre à la capitale royale, Luoyang, pour rencontrer le souverain. Confucius revint déçu : il n’obtint pas de poste de conseiller et son entrevue avec Lao zi (alors archiviste à la Cour) ne tourna pas à son avantage. Dès lors, sa vie se tourna vers un but : étudier les rituels anciens, prendre pour modèle les anciens sages-rois de l’antiquité et… encourager des disciples à agir de la même façon. Une crise politique l’engagea à partir du Lu. Il erra ainsi plusieurs années, recherchant un poste de conseiller auprès de potentats locaux, sans jamais y parvenir. Puis il finit sa vie au Lu, entouré de ses disciples et respecté par tous.

L’image d’un modèle de vertu
Le personnage de Confucius servit assez tôt le pouvoir. Après des siècles de troubles internes, la réunification dictatoriale de Qin Shihuangdi en 221 avant J.-C., la dynastie Han, née en 206 avant J.-C., voulut imposer sa force. Les Empereurs Han utilisèrent la pensée de Confucius en n’en retenant que ses aspects les plus utiles : omnipotence du souverain, hommes instruits (les lettrés) devenus conseillers à la Cour, ...

Mots clés

Vous aimerez aussi

Commentaires