CLUB génération TAO Offres spéciales Génération Tao Offres Abonnement Génération Tao
Groupe GENERATION TAO facebook Rejoignez notre groupe Facebook

Partenariat / Publicité

LIVRE WUTAOCentre d'Arts et d'Ecologie CorporelleWutao School

Articles

+ Ajouter à la taothèque Si vous avez aimé, partagez-le, + Envoyer à un ami + Ajouter un commentaire
» retour

La voie initiatique du Pencak Silat

Publié le 04/04/2007

Un caractère et un esprit nobles

Les arts martiaux malais sont regroupés sous le terme générique de Pencak Silat. Leur apprentissage invite le pratiquant à parcourir un authentique voyage initiatique « à la recherche du sublime qui se cache au fond de chaque être humain ».

Par Eric Chatelier

Extrait de la revue : Génération Tao n°42
Nb de pages : 3
Difficulté de lecture :

Catégorie : Articles

Prix : 1.99 € (Gratuit pour les membres du club Tao)

Acheter

Descriptif

La région Nusantara, qui regroupe l’Indonésie, la Malaisie, Singapour et le Brunei Darussalam, a donné naissance à une grande diversité d’arts culturels, dans le sens le plus large du terme. De la danse à la peinture, en passant par la musique, la poésie, le chant, sans oublier les arts martiaux, les peuples de cette région (appelés peuples Malais - Orang Melayu) ont développé différents moyens d’expression afin d’accomplir un grand voyage à l’intérieur de soi, à la recherche du sublime qui se cache au fond de chaque être humain.

L’art martial des peuples malais
Le Pencak Silat (littéralement traduit du Bahasa par « art de l’autodéfense ») est l’art martial utilisé par les peuples malais depuis qu’ils ont eu besoin de se défendre. On en retrouve des traces dès le 7e siècle sur l’île de Sumatra où une forme de combat appelée Sileh est mentionnée dans un poème, ainsi que sur l’île de Java où l’on peut admirer des représentations de scènes de combats ou d’utilisations d’armes (lance, bâton, keris…) sur des bas-reliefs du temple bouddhiste de Borobudur. Selon les îles et les époques, cet art martial s’est appelé Maempo, Silek, Penca, Pamonca… Puis, dans un souci d’uniformisation à la suite de la seconde guerre mondiale et de la libération et l’unification de l’Indonésie, cette forme martiale a pris le nom officiel de Pencak Silat en 1948. Le Pencak étant originaire de l’île de Java, le Silat ou Silek, venant de l’île de Sumatra, ces deux formes, bien que différentes, sont intimement liées et tendent toutes deux vers le même objectif : aider les êtres humains à devenir libres en prenant conscience de qui ils sont.

De l’efficacité à la transcendance
Il va de soit qu’une forme martiale existait avant le 7e siècle, mais nous ne disposons pas de traces écrites ou de représentations explicites. Cependant les premiers hommes qui ont peuplé cette région du monde (on parle notamment de « l’homme de Java » qui daterait approximativement de 800 000 ans avt J.-C.) ont eu à se défendre contre les animaux sauvages et les autres clans et devaient certainement utiliser, sans en être conscients, une des premières formes de Pencak Silat. Il va de soi que l’on ne peut pas encore parler de mouvements codifiés et de moyen d’apprentissage ayant des fonctions défensives, artistiques, spirituelles ou sportives, il s’agissait plutôt d’astuces et de mouvements réflexes. D’ailleurs ...

Mots clés

Vous aimerez aussi

Commentaires