Boutique
Abonnement à la revue
Abonnements internet
Publications
Revues Génération Tao
Dossiers thématiques
Articles
Vidéos
Sélection Génération Tao
Livres
CD audio
Elixirs énergétiques
Idées cadeaux
Stages Zen

Inscrivez-vous
à notre NEWSLETTER
CLUB génération TAO Offres spéciales Génération Tao Offres Abonnement Génération Tao
Groupe GENERATION TAO facebook Rejoignez notre groupe Facebook

Partenariat / Publicité

STAGES WUTAOHeureusement.org

exemple-visuel.png

Articles

+ Ajouter à la taothèque Si vous avez aimé, partagez-le, + Envoyer à un ami + Ajouter un commentaire
» retour

Yi Jing & Transgénérationnel

Publié le 04/04/2007

« Devenir parent à son tour… »

L’un est spécialiste du Yi Jing, l’autre thérapeute transgénérationnelle.
Ils nous partagent leur vision de la relation indéfectible qui unit les morts et les vivants autour de l’hexagramme 18 du Yi Jing : « Remédier au corrompu ».

Par Cyrille J. D. Javary , Carole Labédan

Extrait de la revue : Génération Tao n°42
Nb de pages : 3
Difficulté de lecture :

Catégorie : Articles

Prix : 1.99 € (Gratuit pour les membres du club Tao)

Acheter

Descriptif

GTao : Pourquoi avoir choisi cet hexagramme pour nous parler de la relation aux ancêtres ?
Cyrille J.-D. Javary : Le 18e hexa-gramme est le seul de tous les hexagrammes du Yi Jing où apparaissent les mots « père » et « mère ». Il a la particularité d’être très scandé, la même phrase étant répétée sur les cinq premiers traits. Elle signifie de toujours remédier au corrompu de l’un des parents. Il s’agit donc de nettoyer et de s’opposer à un courant de pourrissement. De plus, au 4e niveau, il est question de traiter le « corrompu » du père, mais de manière yin, c’est-à-dire large. Ce traitement yin permet de passer à un autre niveau, soit l’hexagramme dérivé, 50 : « chaudron », dans lequel on cuit la nourriture et les messages aux défunts. C’est ce qui ouvre la voie vers le 6e niveau de sortie. Ici est évoquée la relation hiérarchique entre les parents et les enfants, qui est l’un des fondements de la culture chinoise. Celle-ci est acceptée sans discuter parce qu’elle est évolutive. Il s’agit de sortir de cette relation, de finir de remédier au corrompu des parents pour pouvoir cesser d’être un enfant et devenir parent à son tour. Ce qui veut dire atteindre une « Juste confiance » (hexagramme 60). Les parents sont les « transmetteurs » entre ceux dont ils tiennent la vie et ceux à qui ils la transmettent.
Carole Labédan : L'action par rapport à ses lignées est ici centrale. Le Yi Jing confirme que pour exister dans la justesse il faut parfois nettoyer les héritages difficiles laissés par le père (particulièrement ! puisque mentionné à plusieurs reprises) et la mère. Curieusement en Occident on considère souvent sur le plan transgénérationnel que les lourds héritages sont surtout issus des mères… En tout cas, je trouve extraordinaire qu’un livre si ancien et si concret confirme à ce point l'importance du transgénérationnel et que deux approches si lointaines dans l'espace et le temps, la Chine ancienne et l'Occident actuel, en arrivent à cette même évidence. Le Yi Jing est une voie extérieure. Tout le monde peut l’interroger : le livre est là. Le travail transgénérationnel est plus intérieur au départ. Dans les deux cas, l’être vivant s’interroge sur une voie du milieu qui soit une création personnelle, avec la possibilité de le faire en partant de l’extérieur de lui ou de son ...

Mots clés

Vous aimerez aussi

Commentaires