BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Une Française en pays Miao

article

« La culture Miao est une culture

Françoise Grenot-Wang vit depuis dix ans dans les Grandes montagnes Miao, au cœur du pays Miao qui se situe dans les montagnes du sud de la Chine, au nord de la province Guanxi, en particulier dans la région dite des « grandes montagnes Miao ».
Son

Par Françoise Grenot-Wang , Delphine Lhuillier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°46
Nb de pages : 5

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Bonjour Françoise, pouvez-vous nous raconter comment vous avez décidé de vivre dans une région si méconnue ?
Françoise Grenot-Wang : Je ne l’ai pas choisi tout de suite. J’ai commencé par suivre des cours de chinois aux Langues Orientales il y a maintenant près de trente ans. Quand j’ai obtenu ma maîtrise, c’était le début des années 80, la Chine commençait à s’ouvrir. J’ai accompagné des touristes en Chine. Je travaillais pour des agences de voyage. Je me suis par la suite spécialisée dans les voyages dans les régions de minorités ethniques, en particulier dans le sud de la Chine. Au fil de mes recherches, j’ai accumulé de nombreux documents qui ont abouti à l’écriture d’un premier ouvrage : Chine du sud, la mosaïque des minorités(1). C’est une petite encyclopédie qui présente chacune des trente minorités ethniques qui se situent au sud du fleuve Yangtsé, avec principalement,
les Tibéto-birmans du Yunnan, les groupes Thaï venus du sud-est, et les Miao-Yao qui sont dispersés entre ces deux régions. Il existe aussi un groupe Môn Khmer qui est numériquement moins important.

GTao : Ces minorités vivent donc davantage dans le sud.
F. G. W. : Il existe 55 minorités ethniques en Chine, dont 30 vivent au sud du pays. Dans le nord-est, on trouve des peuples altaïques, comme les Mongols, les Mandchous. Les Russes sont les seuls Indo-Européeens en Chine avec les Tadjiks. Au nord-ouest se situe le Turkestan chinois avec des peuples turcophones comme les Ouïgours, les Kirghizes ou les Kazaks, et bien sûr les Tibétains qui vivent tout à fait à l’Ouest.

GTao : Pourquoi avoir consacré un livre au peuple Miao ?
F. G. W. : Mon objectif est de prendre fait et cause pour les Miao parce que c’est un peuple qui est largement méconnu et au destin tragique. Il y a aujourd’hui dix millions de Miao en Chine. C’est deux fois plus que les Tibétains par exemple dont on entend beaucoup parler. Or les Miao, contrairement aux Tibétains qui ne rencontrent des problèmes avec leurs voisins chinois que depuis la fin des années 1950, ont vécu une guerre permanente avec les Han. Ce livre est donc une manière de rétablir une vérité.

GTao : Quand vous parlez de guerre, il y a donc eu des luttes armées.
F. G. W. : Il y a eu de nombreux massacres entrecoupés de ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*