BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

L'art de l'éventail

article

Un doux vent venu d'orient

Objet pluriel : attribut de la noblesse, accessoire de théâtre, support d’ornements… L’éventail à travers les siècles est riche d’histoire. Dans les arts martiaux chinois, l’art de l’éventail tient une place particulière : élégant et raffiné, il peut se r

Par Roger Itier , Marie Delaneau


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°46
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

L’éventail (Shan) est un accessoire de confort dont l’utilité principale est de créer un léger courant d’air frais en s’éventant, ses origines se confondant avec celles de la civilisation. C’est également un accessoire de mode, un attribut du pouvoir et une arme dans les arts martiaux chinois. Pratiqué indifféremment dans l’interne (Neijia Shan) et dans l’externe (Waijia Shan), l’éventail est une arme par destination qui trouve ses modes d’expression sous deux aspects : une expression artistique qui vise à l’amélioration de la santé (Wenchang) et une orientation martiale (Wuchang) qui repose sur de redoutables techniques de combat. Génération Tao vous présente cette double vision avec deux pratiquants de cet art.

L’éventail, symbole d’un art de vivre

Comme souvent, la Chine se trouve à l’origine de cet instrument puisque l’on trouve des traces d’éventails en bambou dès le 2e siècle avt J.-C. Dans les tombes, il était de coutume que les défunts emportent dans leur dernière demeure des instruments qui leur étaient chers. Des archéologues mirent ainsi à jour des vestiges d’éventail en os, en nacre, en écaille, en plume, en bambou, en papier huilé ou en tissu précieux, dans la province du Hubei à Jiangling. Son origine se situerait dans la région de Yushan, dans la province du Sichuan, où l’on trouve des représentations sur des théières en bronze datant des royaumes combattants (481 - 221 avt J.-C.). A cette époque, les éventails étaient de grande taille, presque deux mètres, ils servaient à écarter la poussière, à protéger du soleil, et naturellement à s’éventer. Durant la dynastie des Tang (618 – 907), les éventails devinrent plus petits, les grandes plumes lourdes cédèrent la place au bambou puis à la soie plus légère. Ils devinrent un attribut personnel qui n’était plus uniquement manié par des serviteurs. C’est sous la dynastie des Song que furent inventés les éventails pliants ; on en trouva des vestiges dans une tombe datant de 1127. Cependant, la grande mode de l’éventail pliant vient de la dynastie des Ming (1368 – 1644) : l’empereur Yongle leur portait un réel intérêt. Ce sont les Portugais qui à partir du 16e siècle importèrent en Europe cet instrument jusqu’alors inconnu. Marie de Médicis l’introduisit en France et l’éventail trouva un important développement en Europe aux 17e et 18e siècles. Objet aristocratique et artistique, les grands peintres et poètes les ont ornés de leurs plus belles créations. En Extrême-Orient, l’éventail ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*