BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Qi Gong en France

article

L’expérience d’un pionnier

Georges Charles témoigne de l’arrivée en France de la « gymnastique taoïste » par les arts martiaux. On pratiquait alors le Qi Gong… sans le savoir !

Par Georges Charles


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao spécial hors-série n°6 : Qi Gong, art de santé
Extrait du dossier : Qi Gong & société
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

J’ai découvert, et donc pratiqué, les pratiques internes lors d’un séjour aux USA en 1969 et plus particulièrement au sein d’une congrégation taoïste à San Francisco. Il y était question de Taoist Health Gym, et plus spécifiquement de Tao-Yin Fa. A l’époque, j’étais persuadé qu’il s’agissait simplement d’une forme de « gymnastique chinoise » qui servait de préparation à la pratique des arts martiaux. Il était également question de Traditional Chinese Internal Martial Arts, le terme « Gongfu » étant réservé aux casseurs de planches… et à Bruce Lee ! L’évocation du terme Gongfu amenait irrésistiblement un sourire entendu, teinté de commisération, sur les Chinois de cette communauté. Et ils n’avaient visiblement jamais entendu parler de Qigong si ce n’est dans les cours réservés aux « blancs » et qui souhaitaient, justement, casser des planches. Lorsque je suis revenu en France j’ai évidemment souhaité prolonger ma pratique sans trop me poser de question. Je souhaitais simplement être efficace. A San Francisco, le patriarche Shen Tian Shi m’avait remis une lettre de recommandation pour un ami chinois qui résidait en France. Après quelques péripéties, dont un service militaire mouvementé, j’ai donc pu suivre l’enseignement de Wang Tai Ming qui, alors réfugié en France, se faisait nommer Tai Ming Wong et avait obtenu sa naturalisation sous ce nom. J’ai appris bien plus tard que son nom chinois était en fait Wang Tzemin.

La fameuse « gymnastique taoïste »
Je pratiquais alors les arts martiaux depuis 1958 et avais été l’un des anciens élèves d’avant les années 60 d’Henri Plée et l’un des tout premiers élèves de Lee Kwan Young. Wang m’accepta et me fit rapidement pratiquer la fameuse « gymnastique taoïste ». Comme il était, à soixante ans, extrêmement souple et rapide, j’ai été rapidement persuadé que cette forme de pratique, très étrange au demeurant, allait m’apporter cette souplesse et cette rapidité. Et j’ai donc suivi son enseignement pendant près de dix années. En 1974, il m’a donné l’autorisation d’enseigner l’externe qu’il nommait « Boxe Chinoise ». Ce que j’ai fait en incluant bien évidemment la fameuse gymnastique taoïste dans les préparations. Sur son conseil j’ai alors effectué plusieurs séjours en Extrême-Orient. Donc à Hong Kong et à Taiwan puisque ces pratiques étaient alors interdites en République Populaire de Chine. Par la suite je n’ai eu de cesse de faire connaître cette fameuse « Boxe Chinoise » et donc ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*