BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

L’âme du Dojo

article

Espace mythique de la transmission

L’antre d’un Dojo est un lieu d’apprentissage, de connaissances et de transmission.

Par Roger Itier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°60
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Les arts martiaux sont le fruit d’une longue mutation enrichie par les générations de pratiquants et de maîtres qui ont su intégrer les données objectives de la société dans laquelle ils évoluaient. Qu’elles soient destinées à la défense, au rituel de démonstration ou au maintien de la santé physique, les techniques de combat asiatiques ont su intégrer tous les bouleversements d’orientations que l’histoire humaine leur a imposés. 

La vertu martiale
Les arts martiaux, par leur sens « utilitaire », ont transmis des techniques de combat efficaces d’une génération à la suivante pour faciliter sa survie. La technique de combat, si elle avait une utilité très pragmatique en cas de conflit, est devenue le Centre de l’union des compétences martiales, mais aussi celle de valeurs philosophiques. La vertu martiale, le Wude pour les Chinois, le Bushido pour les Japonais, code de l’honneur des Samouraïs, en sont le reflet. L’éducation est un système complexe qui inclut l’instruction (scolaire) et l’éducation (parentale). L'éducation est envisagée comme une formation : c’est l’art de former une personne, spécialement un enfant ou un adolescent, en développant ses qualités physiques, intellectuelles et morales, de façon à lui permettre d'affronter sa vie personnelle et sociale avec une personnalité suffisamment épanouie. Si nous sommes d’accord sur cette définition, quelles sont nos réflexions sur les moyens de le mettre en œuvre ? 

L’art de la valorisation
L’enseignement des arts martiaux doit valoriser l’intelligence de l’intuition, de l’instinct et le courage. Ceci implique que le professeur (l’enseignant) compétent n’est pas forcément celui qui possède le plus de connaissances, mais celui qui vous fait parvenir à la connaissance. Ce n’est pas celui qui a sous son autorité le plus « d’adeptes », mais celui qui sait révéler des « leaders ». Cette conception de l’enseignement est souvent réservée à une élite, alors qu’elle devrait s’adresser à tous ! Les professeurs d’arts martiaux ne sont pas là pour transmettre une méthode (styles) qui fait confiance, mais pour donner la confiance en soi. Un professeur doit valoriser la créativité, l’imagination, la prise de risques où l’erreur n’est pas exclue ou source d’exclusion, mais plutôt un phénomène qui est porteur de progression et d’adaptation. 

Une transmission collective
La société organisée et hiérarchisée d’un « Dojo » (japonais), d’un « Guan » (chinois), d’un « Dojang » (coréen) fait comprendre que chacun à intérêt au succès des autres : « Etre fort, mais pour ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*