BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Les Sans-Culottes

article

La révolution a commencé !

Vous connaissez l’Hygiène Naturelle Infantile ? Hum… Non ? Lisez et vous vous laisserez peut-être convaincre.

Par Céline Laly


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°62
Nb de pages : 0

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Ne pas mettre de couche à son bébé, quelle idée farfelue ! Pourtant, encore aujourd’hui, un peu partout dans le monde, des humains laissent leur progéniture les fesses à l’air, sans que cela semble révolutionnaire… C’est ce qu’on appelle l’Hygiène Naturelle Infantile dans les milieux du « maternage proximal ».

Pour ma part, j’ai régulièrement laissé mon bébé en tenue d’Adam et Eve, guidée par son papa, péruvien, bien habitué à côtoyer pipi et caca sans s’en offusquer. J’y ai d’abord vu un intérêt économique, et aussi la possibilité de vivre avec mes convictions écologiques. Mais rapidement c’est le rapport à la corporalité qui a primé. En effet, il est important pour un enfant, même tout petit, de pouvoir avoir cette vue d’ensemble du corps. Or scié à la taille par une couche, comment laisser la circulation libre entre le haut et le bas, le bas et le haut ? Comment donner toute sa puissance au premier Tan Tien ?

La zone des organes génitaux est importante. Or, l’enfermement dans une couche (surtout en plastique) peut poser des problèmes d’irritation cutanée, d’autant plus si une selle acide est venue se déposer sournoisement. Mais il y a pire, à mon sens. La couche empêche le jeune enfant de prendre contact avec son sexe et ses fesses. Et qui dit contact… dit conscience !
A plusieurs moments de son développement, le bébé joue avec son sexe et l’intègre dans sa corporalité. Il ne s’agit pas seulement d’être en contact physique avec l’organe de sa sexualité future, mais en relation et en écoute avec les sensations de toute la zone uro-génitale. A ce titre, les sensations d’élimination sont riches : la pression du ventre qui se remplit, les gaz qui caressent les fesses en passant, les cliquetis du pipi qui coule, l’expérience de différentes densités, l’éveil à différentes odeurs (hum !)…

Dans la relation adulte-enfant, l’HNI a aussi un rôle à jouer. Les anglo-saxons l’ont appelée Elimination Communication. Ce terme me semble plus juste. En effet, écouter et respecter les rythmes des besoins d’élimination est aussi une occasion de communication authentique avec un enfant. Un bébé même tout juste né ressent ses besoins d’élimination. Il a en effet le contrôle pour « lâcher », même s’il ne sait pas encore retenir. C’est-à-dire qu’il sent que « ça va lâcher » et il peut même l’exprimer ! Comment ? Des tortillements du ventre, un certain regard, des ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*