BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Cuisinez équilibré !

article

La table des 5 éléments

Riz cantonnais, canard laqué ou travers de porc à la citronnelle, les français découvrent de plus en plus nombreux les saveurs délicieuses de la cuisine asiatique. Mais savez-vous que derrière ces plats se cache un savoir-faire millénaire qui veille à vot

Par Georges Charles


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°17
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Art de la table, art de santé
L'art de la table, si l'on excepte une époque récente, a toujours été considéré comme faisant partie intégrante de la médecine classique puisqu'il participe à entretenir la santé. Au sein des études médicales officielles, il existait donc un important collège de nutrition appelé "Yinshi". Cette médecine chinoise se veut principalement basée sur l’entretien de la santé plus que sur le traitement de la maladie. Le médecin chinois, en tant que fonctionnaire impérial, était donc rétribué tant que ses patients demeuraient en bonne santé et cessait de l’être s'ils devenaient malades. Ainsi, Occident et Orient ont deux conceptions diamétralement opposées de la médecine. La conception chinoise, et par extension extrême-orientale, est basée sur la santé, la vitalité et la vie de tous les jours alors que la conception occidentale est basée sur la maladie lorsque celle-ci apparaît. Mais l’espérance de vie en Chine est actuellement très proche de l’espérance de vie en France pour un prix de revient quarante fois moins important par individu. Aux côtés de l'acupuncture, de la pharmacopée, des massages et du qi gong demeure la nutrition qui est le moyen le plus prisé, donc le plus répandu, pour demeurer en bonne santé. “Nutrition”, parce qu’il est difficile de parler de "diététique" puisque, étymologiquement, ce mot provient du grec "dieto" qui signifie purement et simplement "privation d’aliments". "Etre à la diète" signifie donc "ne pas manger" ou "manger très peu". Cette idée renforce la conception occidentale pour laquelle l’aliment est un danger pour la santé et probablement même cause du péché originel. En Chine, l’aliment est au contraire considéré comme son allié. Le médecin est donc avant tout un peu cuisinier… et le cuisinier est donc un peu médecin et souvent, comme Monsieur Jourdain, fait de la prose sans le savoir. En effet, la tradition culinaire rejoint très souvent les grands principes de l’énergétique et particulièrement celui de l’utilisation des "cinq éléments" ou "cinq mouvements de l’énergie vitale".

Les "cinq éléments" dans l’art de la nutrition
Ils sont le fondement pratique de toute l’énergétique - utilisation rationnelle des principes de la circulation de l’énergie et de ses effets - et des applications qui en découlent : acupuncture, pharmacopée, pratiques corporelles de santé, arts martiaux, cuisine et nutrition. Ils correspondent aux mouvements de l’énergie vitale dans le macrocosme - nature et univers - et dans le microcosme - produits et corps ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*