BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Dis papa, c’est quoi l’acupuncture ?

article



Petite histoire à l’attention de ceux qui souhaitent raconter la naissance de l’acupuncture aux enfants. Il était une fois, il y a bien longtemps, un univers en gestation(1)…

Par Jean Motte


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°31
Extrait du dossier : Médecine traditionnelle chinoise
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Un Yin, un Yang, c’est le Tao
…Il n’existait pas sous la forme que nous lui connaissons actuellement. Tout était là, mais non organisé. Le temps et l’espace n’avaient aucune signification. C’était une pâte informe, et sans consistance. Aucune lumière n’était en son sein. Du moins, aucune lumière visible telle que nous la percevons. En fait, cette pâte possédait le Ming (l’Intention). L’œuvre prenait petit à petit forme sous le ciseau de la volonté céleste. Apparu un jour de ce magma unifié le géant Pan Gu. Il ressemblait trait pour trait à nous autres humains, mais il était extrêmement grand. Il mesurait des milliers de mètres de haut. A dire vrai, il était à lui seul l’univers. Chose curieuse, dès qu’il fut créé, à l’instant où il vécut, le monde se divisa en deux. Le tout et le rien, la vie et la mort, le chaud et le froid, et même le temps et l’espace ! Tout ce qui viendra après Pan Gu se déclinera par son contraire ; ce qui nous a été légué par un postulat d’une infinie sagesse et simplicité : Yi Yin Yi Yang zhe wei Tao (Un Yin, un Yang, c’est le Tao). Pan Gu est l’association d’un ternaire fondamental : le souffle (tchi), le Ming, la matière.

Des étoiles aux méridiens
Puisque le temps existe, il est évident que notre bon géant en vint à mourir. Il éclata en mille morceaux. Chacun d’eux alors se transforma. Les débris de matière corporelle formèrent la terre et les planètes, l’œil droit, la lune, et l’œil gauche, le soleil, son souffle, le tonnerre, ses cheveux, les forêts, ses veines, les cours d’eau, et son Ming devint le ciel. L’homme enfin, naquit de ses poux ! Eh oui ! Nous étions les poux de Pan Gu !
Depuis lors, «l’homme parcelle» de Pan Gu, tente de comprendre comment il fut créé. Pour cela, il lui a été donné une phrase clé afin d’entrevoir un début de vérité : «Tourne ton regard vers le ciel, puis baisse-le vers la terre, et enfin observe l’homme».
Depuis lors, l’homme leva la tête et scruta inlassablement le ciel jusqu’au jour où l’un d’eux vit dans cet espace céleste et mystique le lien magique qui l’unissait au ciel. Toutes ces étoiles réunies virtuellement par des traits, formaient des réseaux compliqués et limitaient ainsi des espaces où il était possible de se retrouver. ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*