BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

La chronique de Patrick Shan

article

Où serons-nous tous dans cent ans ?

Aider une âme à rejoindre l’autre rive plutôt que de la laisser se noyer dans la vie : si le choix est difficile, voire impossible pour une médecine qui ne s’intéresse qu’au corps humain, il est évident pour d’autres médecines qui n’oublient pas l’Etre qu

Par Patrick Shan


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°31
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Aider une âme à rejoindre l’autre rive plutôt que de la laisser se noyer dans la vie : si le choix est difficile, voire impossible pour une médecine qui ne s’intéresse qu’au corps humain, il est évident pour d’autres médecines qui n’oublient pas l’Etre que ce corps abrite.
De l’accompagnement aux mourants à l’euthanasie, en passant par ces âmes perdues de la canicule que personne n’est venu veiller, la mort fait actuellement débat. Sujet délicat sinon tabou, que la proximité de l’Halloween (version superficielle de Shawain, fête des morts celte) m’autorise à briser, le temps de rappeler quelques évidences, partagées par toutes les grandes traditions.
La mort n’est pas une maladie. Elle est le retour sur l’autre rive du fleuve de la vie. Tous les êtres en font tôt ou tard l’expérience. L’expérience d’un
processus inverse, d’une certaine manière, à celui de la gestation et de la naissance. La vie est un processus d’agrégation ; la mort, un processus
de désagrégation. Et le rôle du médecin est de faire en sorte que ce passage, cette étape essentielle de la vie, se passe aussi bien, sinon mieux que celle de la naissance.
Une expression chinoise désigne les vivants comme «ceux qui sont de passage», et les morts, «ceux qui sont rentrés». La vie ne nous est pas donnée, mais transmise, pour un temps, par le souffle du Ciel et le sang de la Terre. Nous ne sommes de fait que des passants, des visiteurs, des invités. Le Dr Leung Kok Yuen disait : «La vie, c’est des vacances. Vous arrivez, et tout est déjà en place. Vous n’avez qu’à profiter du séjour». Et j’ajouterai, car c’est devenu critique : «Sans laisser de traces, en laissant l’endroit aussi propre que vous auriez souhaité le trouver»…
Après notre passage sous cette forme d’existence, nous devons effectuer notre retour au sein du Grand-Père Céleste et de la Grand-Mère Terre de la façon la plus douce et la plus sage. Toute mort est une autre naissance : «La Grande Fonderie ne commet aucun crime ; elle opère seulement des métamorphoses» disait Tchouang Tseu.
C’est dans cette perspective, commune aux médecins du corps et de l’âme, que devrait être abordé le débat sur l’euthanasie. Commencer par cesser de considérer tout décès comme un échec thérapeutique. Comprendre et accepter le fait que la mort est un processus naturel, que l’accompagner comme on accompagne ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*