BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter


» retour

La Taipei Dance Circle

article

Mémoire du monde en mouvement

Quand la tradition des arts énergétiques revisitée donne naissance à une troupe de danse contemporaine animée du désir d’aiguiser une nouvelle conscience du corps en mouvement. Témoignage du choc profond qui a marqué la rencontre d’une jeune danseuse clas

Par Emilie Hernandez


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°23
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Non pas première image, premières lumières mais… première odeur. Et c’est une odeur douce, entêtante. Les danseurs vêtus de maillots chair, si proches du corps qu’ils semblent nus, se succèdent les uns les autres. Un rituel commence. Chacun à leur rythme, ils s’enduisent le corps d’huile pour bébé, avant d’étaler sur le sol du studio une couche lisse d’huile, le rendant aussi mouvant que la surface des flots.
C’est un soir à Taipei…
Je viens d’entrer dans le studio de la compagnie Taipei Dance Circle.
Huit danseurs et le chorégraphe commencent l’entraînement et font émerger lentement une autre réalité, faite de pulsations et de mouvements sans fin. Ce que je vois d’abord, c’est une myriade de corps sublimés par l’huile, mus par un rythme naturel et quasi hypnotique.

Premier choc
Cette première rencontre est un choc. Une sorte d’ébranlement qui m’imprègne du désir de faire naître en soi un langage, un monde inconnu. Après de longues années de formation en danse classique, la frustration de ne pas se sentir vivre en dansant m’a éloignée de la danse. Et puis il y a eu cette discussion avec le chorégraphe de la compagnie, Liu Shao Lu, et l’envie d’aller voir son travail, de mieux comprendre ses mots : "langage du corps", "énergie de la vie", "jaillissement de l’infini". Et ce que je vois ce soir-là est aux antipodes de ce que j’ai appris. En danse classique, la signification, l’amplitude de chaque mouvement sont fixées. L’espace n’est investi qu’à travers la technique. La fusion avec l’univers extérieur et intérieur n’existe pratiquement pas. Mais là, dans un rythme silencieux où n’interviennent que le glissement au sol et le souffle intérieur, les danseurs enduits d’huile cherchent une nouvelle façon de vivre leurs corps, s’élèvent, se construisent les uns les autres à travers la chute, le ressaisissement puis la détente. Leur rythme n’est ni fixé ni cadré à l’avance, il semble découler d’une énergie personnelle, de leurs corps qui s’écartent de l’équilibre et ne cessent d’y retourner, mus par le désir continu d’une fusion avec l’univers, avec l’harmonie première du monde. Ce premier choc m’a poussée à revenir, m’a assaillie d’interrogations. Cette danse qui s’élabore comme un langage libre, mais qui n’est pas en rupture avec les lignes de force et l’harmonie de la vie… Peu à peu, j’ai participé aux ateliers, cours, répétitions de la troupe. De nombreux mois qui ont été vécus comme ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*