BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

De la liberté du mouvement à la liberté d’action

article



Quelle différence existe-t-il entre le sport et l’activité physique ? La performance. Entre l’activité physique et l’art corporel ? L’expression et la recherche. Entre l’art et la Voie ? L’engagement et la prise de risques.

Par Arnaud Mattlinger


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°43
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Quelle différence existe-t-il entre le sport et l’activité physique ? La performance. Entre l’activité physique et l’art corporel ? L’expression et la recherche. Entre l’art et la Voie ? L’engagement et la prise de risques.

Du mouvement à l’engagement
Dans les arts martiaux, on apprend à bouger à partir du centre : le Dan Tian pour les Taoïstes et le Hara pour les Japonais. C’est structurel, anatomique, mécanique, mais bien plus aussi ; ne dit-on pas qu’il faut que le centre soit « au cœur » du mouvement ?
Mouvoir, s’émouvoir. De cette zone, source jaillissante, émergent les envies et les besoins les plus profonds et les plus affirmés. Mais bien des filtres éducatifs, culturels, voire cultuels, nous empêchent de rester en lien avec cette partie de nous. J’ai pratiqué l’aïkido, je pratique le tai ji quan et le wutao. Et cela m’a appris à lâcher la tête sur les épaules, les épaules sur les hanches. J’ai fluidifié mes gestes et libéré mon souffle.
Des années de formation en trans-analyse m’ont permis de lever de nombreux voiles sur ma vérité subjective et j’ai pris conscience de quoi et de qui je suis fait. J’ai appris à ressentir le mouvement. J’ai repris contact avec ma puissance primitive, avec les forces chamaniques qui m’animent sous différentes formes. J’ai transformé ma propre perception, et ma liberté de mouvement m’ouvre maintenant la voie de la liberté d’action.
Car j’ai réalisé que le mouvement est libre dès lors qu’il peut dépasser le cadre de son apprentissage. Sans perdre les repères qui lui ont permis de se faire, il peut se déployer dans toutes les directions, toutes les amplitudes, avec tous les rythmes. Grâce au Yi, le mouvement ne se dissipe pas dans toutes les directions, mais rayonne et déroule depuis le centre. A l’image d’un dragon à dompter, je guide l’énergie jaillissante. Pour cela, en cela, je fais des choix. Et pour grandir, me libérer dans le mouvement, celui-ci doit se développer jusqu’à son extrémité, celle où il va se transformer, muter. Il en est de même pour l’action. Avec en plus la notion d’engagement, chère aux arts martiaux, qui permet d’affirmer à l’extérieur ce que l’on ressent à l’intérieur. Affirmer mes choix, aller au bout de mon envie.

De l’engagement à la mutation
L’engagement, c’est aussi une prise de risques, une mise en danger qui permet ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*