BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Respiration, de quoi parle-t-on ?

article



Partir respirer à la montagne… respirer dans son hara… ce mouvement pourrait être plus respiré… un textile qui laisse respirer la peau… mes pieds respirent dans ces chaussures… cette mise en page manque de respiration… respirer jusqu’à la racine des cheve

Par Blandine Calais-Germain


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°40
Extrait du dossier : Les secrets de la respiration
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Partir respirer à la montagne… respirer dans son hara… ce mouvement pourrait être plus respiré… un textile qui laisse respirer la peau… mes pieds respirent dans ces chaussures… cette mise en page manque de respiration… respirer jusqu’à la racine des cheveux… Rarement un mot n’a été utilisé dans autant de contextes et avec autant de sens différents que le mot « respiration ». Ainsi parle-t-on de respiration au sens propre comme au sens figuré. Et ceci, nous allons le voir, souvent, à juste titre. C'est un mot de « lien » par excellence. Encore est-il souhaitable, quand nous prononçons ce mot, de savoir, finalement… de quoi nous parlons, pour éviter, entre autres, de lui donner un sens et un usage flous, ou de le connoter en lui donnant une note trop souvent subjective, et en l'amputant d'une partie de son sens.

Les respirations « interne » et « externe »
En physiologie, le terme s’utilise dans deux contextes, et désigne deux événements qui ont lieu à des échelles très différentes : l'un a lieu au niveau du corps cellulaire, microscopique. Il est appelé aussi « respiration interne ». Il désigne le phénomène par lequel l’oxygène apporté par le sang artériel arrive aux cellules, qui l'utilisent comme comburant dans leur processus de création de l'énergie, nécessaire à leur activité et à leur survie. Elles renvoient ensuite dans le sang veineux du dioxyde de carbone et de l'eau. L'autre est un mouvement fait par le corps du « grand » mouvement, macroscopique. Il s'établit en correspondance avec le premier, pour réaliser dans les poumons l'hématose, c'est-à-dire la transformation constante du sang veineux arrivant des cellules (désoxygéné) en sang artériel (oxygéné). Ce macro-mouvement est appelé aussi « ventilation » ou « respiration externe ». Il a lieu dans le système respiratoire : il fait entrer de l'air oxygéné jusqu'aux poumons, et en fait sortir de l'air chargé de CO2. Ce mouvement se reproduit une quinzaine de fois par minute, car l'oxygène ne peut être stocké par l'organisme : il nous faut l’amener en permanence vers les poumons puis vers les cellules.

Autant de variantes, autant de respirations
Il y a quantité de façons d'organiser le geste pour créer ces flux d'air depuis ou vers les poumons : autant de variantes, autant de « respirations » déjà différentes. Beaucoup d'entre elles portent parfois, dans telle école ou telle technique, le titre de ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*