BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Trois rencontres, trois dimensions... (2/3)

article



Commencé le précédent numéro, nous poursuivons notre chemin auprès de trois hommes qui eurent une influence majeure sur Morihei Ueshiba, contribuant ainsi par leur apport respectif à façonner l’aïkido.
Après Kumagusu Minakata, porteur de conscience é

Par Dominique Radisson


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°14
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Une connaissance impressionnante
Sokaku Takeda naît le 10 octobre 1860, dans la province de Aizu. Il est le descendant de la fameuse lignée des Takeda, experts en art de combat depuis le 11e siècle. Formé dès son plus jeune âge aux techniques de combat par son grand-père et son père, il fait preuve de dons rares. A l’âge d’homme, il est dépositaire des techniques martiales du clan Takeda qui englobaient, outre les 2884 techniques de combat au corps à corps (jujutsu), le tir à l’arc, l’équitation, la lance, l’épée, la halebarde, le sabre, le sabre court, le sabre en bois, les deux sabres, les chaînes, l’éventail de guerre, les shuriken, le combat en armure, et même les techniques d’espionnage, le détournement des rivières, et le creusement de tunnels !!!

Un guerrier redoutable
Après la défaite de son clan familial, décimé en 1868 par la guerre civile qui opposait les partisans de l’Empereur et du Shogun, et la mort de sa mère alors qu’il avait 13 ans, Sokaku Takeda part sur les routes. Pendant vingt ans, il parcourt le pays, mettant ses pas dans les traces de ses illustres prédécesseurs. Il vit de cours et de séminaires, et défie en combat singulier tous les experts martiaux qu’il croise sur son chemin. Il est, à la fin du siècle, un des combattants les plus réputés du pays. Il a perfectionné et modernisé l’héritage familial, qu’il a nommé Daito Ryu Jujutsu. Vers quarante ans, il tente de se fixer, se construit une maison et se marie. Mais sa femme meurt peu après la naissance de leur deuxième enfant, et la maison est ravagée par un incendie. Il reprend alors son errance, au gré des propositions qu’il reçoit. Il s’éteindra en 1941, après avoir formé des dizaines de milliers d’élèves, et n’avoir jamais possèdé de dojo. Rompu au combat à mort, Sokaku Takeda ne connut jamais la défaite tout au long des milliers de combats qu’il livra. de l’avis unanime de ceux qui l’ont connu, sa puissance et son habileté technique étaient hors du commun, ce qui lui permettait de compenser son petit gabarit (1,50 m, 52 kgs). Pour l’anecdote, ce fut le seul homme qui vainquit, à deux reprises, Morihei Ueshiba.

Rencontre
En 1911, Takeda est sollicité pour entraîner les officiers de la police de l’île de Hokkaido, récemment colonisée. En 1915, c’est dans cette île, où il s’était établi comme ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*