BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter


» retour

Le sifou “planétaire”

article



Mes amis, mes amis, quel retour difficile ! Après New-York, Taïwan, Londres, le sifou retrouve Paris.

Par Sifou Le


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°14
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Mes amis, mes amis, quel retour difficile ! Après New-York, Taïwan, Londres, le sifou retrouve Paris. Du gris, des voitures, de la pollution, du froid... Je me sens un peu triste... des poumons surchargés ? Mais soudain, j’aperçois une affiche au nom alléchant : “Le jardin planétaire”. Mon sang d’écologiste ne fait qu’un tour, à deux pas du parc de la Villette, je décide de partir me dégourdir les jambes dans cette “exposition-promenade”.
Que de merveilles en vérité ! Je ne sais pas par où commencer... Il y en a pour mes yeux, pour mon nez, pour mes oreilles... sans doute pour ma bouche... mais surtout, j’ai de quoi satisfaire ma curiosité...
Un vieux débat anime l’exposition : culture et nature. La nature à gauche, et l’homme à droite. D’un côté, l’homme, les Dogons du Mali, Hildegarde de Bingen... et la nature de l’autre, des plantes venues de partout. Au fait, saviez-vous qu’il n’y a pas de mot en chinois pour dire “nature”? Du coup, pas de séparation entre nature et culture. Ils sont malins mes ancêtres ! Dommage qu’en France on ait besoin de tout classer.
Après un bref aperçu de la diversité, des nombreuses variétés d’espèces liées à la géographie et du regard que chaque civilisation porte sur la nature, j’arrive à la partie de l’exposition qui me plaît particulièrement, le brassage. Et oui, votre jeune sifou adore les mélanges ! Je vois écrit :“Le brassage menace la diversité en même temps qu’il provoque des situations nouvelles et des êtres nouveaux”... hum-hum, très intéressant. C’est ça le changement, accepter ce qui est nouveau sans avoir peur de perdre ce qui était croit-on acquis. Mais cette histoire de nature et de culture continue à me chatouiller le foie, je sens la colère monter : brassage naturel d’un côté, brassage par l’homme de l’autre. Qu’est-ce à dire ? L’homme ne fait-il pas partie de la nature ? Pourtant, on nous dit que certaines espèces d’origine exotique, acheminées par bateaux et sous les semelles de nos chaussures, s’installent en se combinant à la flore indigène. Je ne risque pas de faire pousser quelque chose à Paris... à moins que... J’apprends que le robinier d’Amérique, l’ailanthe et le buddléia chinois constituent l’essentiel de la friche parisienne. On en ramène de ces trucs !
Ici, ça sent terriblement bon. Je mets mon nez de sifou fouineur partout : champignon, philodendron et ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*