BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter


» retour

Le Wushu, sport Olympique ?

article

La mondialisation du Tai Ji Quan et du Kung Fu

Le C.I.O. décidera le 12 juillet prochain d’organiser ou non les J.O. à Pékin en 2008. La "victoire" de la Chine entraînerait l’intégration du Wushu aux disciplines Olympiques. Quels sont les enjeux de cette décision? Que peut devenir un art de tradition

Par Pol Charoy


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°21
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

2008 verra peut-être Zeus et les dieux de l’Olympe monter sur le podium olympique du Kung Fu Wushu* pour une médaille en Taï Ji Quan. La diplomatie sportive du "ping-pong" a cédé la place à la "kung fu diplomatie". Le peuple Chinois souhaite que les Occidentaux reconnaissent officiellement l’importance de leur "culture" physique au travers du "kung fu wushu". Le jour viendra pour cet accord olympique, qu’il soit en 2008
ou dans les années à venir, car l’Occident ne pourra pas contenir indéfiniment l’espoir d’un peuple représentant 1/4 de la population mondiale.
Le reste du monde se devra alors d’intégrer aux Jeux Olympiques ce trésor de "culture corporelle", car les J.O. sont encore marqués par le sceau de l’impérialisme Occidental. Sur le nombre de disciplines sportives représentées, seul le ping-pong, le judo, et récemment le taekwondo, sont d’origine asiatique.
Que signifie cette course aux J.O.?
Les Chinois, longtemps mis au ban de l’économie et de la culture mondiale par des années de régime totalitaire, semblent aujourd’hui préférer la reconnaissance internationale de leur art traditionnel, même si celui-ci risque de se trouver réduit à une simple expression sportive… Si ce n’est qu’ils s’assurent là la récolte d’une moisson de médailles, l’intention des dirigeants chinois est peut-être de sauver ce patrimoine dans l’espoir que
leurs futures générations continuent à s’adonner aux joies du kung fu. Sans cette reconnaissance olympique, nous sommes en droit de nous demander ce qu’il adviendrait de cet art face à la puissance du football ou au rêve Américain du base-ball devenu le sport national de leurs homologues Japonais. C’est peut-être une véritable opération de sauvetage orchestrée par la Nomenklatura chinoise, consciente de la nécessité de divulguer un peu deleur trésor si jalousement gardé pendant plusieurs siècles par une farouche tradition, et de faire du kung fu wushu une culture appartenant au patrimoine olympique de l’humanité.
L’âme du combattant en jeu
Mais les enjeux dépassent le cadre sportif et culturel. Et pour nous, pratiquants Occidentaux, le risque de perdre le "sens" de notre pratique est grand. Les raisons pour lesquelles nous avons choisi de pratiquer cet art sont très éloignées de motivationsuniquement compétitives. Il y a vingt ans, entendre les simples mots de kung fu ou taï ji quan, véhiculait un mystère à révéler pour toute une génération. Ils entretenaient le désir d’apprendre, de transformer notre corps et notre âme. Ils nous ouvraient à la spiritualité transmise par ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*