BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Qi, thème & variations

article



La notion de qi ne peut se réduire à elle-même. Elle se retrouve sous des vocables et transcriptions très diverses. Inventaire à la Prévert.

Par Georges Charles


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao hors-série n°2 : Énergie, vous avez dit énergies ?
Extrait du dossier : LA NEWSLETTER DE GÉNÉRATION TAO
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Le qi est, à l’origine, un concept particulier à la Chine, mais il s’est peu à peu répandu dans tout l’Extrême-Orient puis, grâce à la diffusion des diverses pratiques utilisant ce concept, dans le monde entier.

Des différences d’écriture à s’y perdre
En Chine, comme par ailleurs au Japon, au Vietnam, en Corée et, dans une certaine mesure, au Tibet, en Malaisie, en Indonésie, en Thaïlande, et dans toutes les diasporas chinoises, la notion de qi est indissociable de la pratique et de la transmission de la majorité des arts appliqués issus de l’important courant que représentent la pensée et la culture chinoise. On le retrouve sous des vocables et des transcriptions très divers : qi (écrit en pinyin zimu, la transcription officielle de la République Populaire de Chine), k’i (issu de l’Ecole Française d’Extrême-Orient), ch’i ou chi (Wade, ou transcription anglo-saxonne), tsi ou tchi (transcription des acupuncteurs de langue française), ou ki (transcription issue du Japonais utilisée en budo et en zen).

Une multitude d’applications
Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours du même principe utilisé dans différents domaines et applications techniques. On le retrouve ainsi dans la médecine chinoise, japonaise ou tibétaine — comprenant l’acupuncture, les moxas, le massage et les manipulations, la diététique et les exercices énergétiques —, la géobiologie (feng shui), les pratiques chevaleresques — ou "martiales" —, la méditation, la cuisine, mais également, dans la philosophie, la peinture, la musique, le chant, la poésie et tout ce qui constitue en fait le socle des civilisations chinoises et extrême-orientales. Ainsi, au Japon, il est habituel d’entendre qu’une composition florale d’ikebana est harmonieuse et décorative, mais manque de ki — au même titre qu’une calligraphie ou qu’un portrait peut être rempli de ki ou de qi. Mais cela est également vrai, dans les deux sens, pour un plat, un poème, un kata (enchaînement de mouvements codifié en karaté) ou un tao (idem pour le wushu, les arts martiaux chinois), un édifice ou un discours politique. En médecine, le qi peut également être affaibli, perturbé, trouble, excessif, déséquilibré, pathogène.

Qui est ce qi ?
Si on consulte les principaux dictionnaires de la langue chinoise classique, on y trouve les définitions suivantes : •Air, gaz, vapeur, esprits vitaux, passions. Vapeurs qui montent de la terre et vont former, dans le haut, les couches des nuages. Vapeurs qui s’élèvent du grain cuit chaud. Ce caractère ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*