BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

La chronique de Patrick Shan

article

Du mauvais usage de l’autruche en médecine chinoise

« Ma WeiHua est une vieille, elle a vingt-neuf ans. Dans une gare, les policiers ont trouvé de l’héroïne sous ses vêtements. En Chine, c’est passible de la peine de mort. Il y avait un hic, malgré tout...

Par Patrick Shan


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°35
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

« Ma WeiHua est une vieille, elle a vingt-neuf ans. Dans une gare, les policiers ont trouvé de l’héroïne sous ses vêtements. En Chine, c’est passible de la peine de mort. Il y avait un hic, malgré tout. Ma WeiHua était enceinte et, si la justice communiste chinoise est sévère, elle sait se montrer humaine. On n’exécute pas une femme enceinte. A Lanzhu, où cette histoire se passe, les policiers de la brigade des stupéfiants ne s’émeuvent pas pour si peu. Ils ont conduit WeiHua à l’hôpital et là, malgré ses protestations, anesthésie pour qu’elle arrête de crier, avortement pour qu’elle arrête d’emmerder. Le correspondant de « La Repubblica » rapporte ce qu’a déclaré le Directeur de la Sûreté publique de Lanzhu à la presse locale : « Le Code ne doit pas devenir une arme aux mains des trafiquants pour échapper au châtiment ». Peloton d’exécution pour Ma WeiHua ? Injection létale ? Déjà tuée ou pas encore ? L’information chez les communistes est un secret des dieux. Le consolant : Ma WeiHua ne laissera pas d’orphelin derrière elle. »Extrait de la chronique « Les lundis de Delfeil de Ton », Nouvel Observateur du 4 novembre 2004. A l’époque où la Chine — et sa médecine — reposait sur une autre philosophie que celle du camarade Mao, un certain Confucius disait : « Les lois doivent être écrites durement pour pouvoir être appliquées avec mansuétude ». Les temps, visiblement, ont changé. Et chacun sait que l’histoire de Ma WeiHua n’est actuellement qu’une goutte d’eau dans l’océan d’indifférence pour les droits de la personne humaine en Chine.
Il serait bon que tous ceux qui s’intéressent à la médecine traditionnelle chinoise ne perdent pas cette réalité de vue : la Chine d’aujourd’hui a à peu près autant de rapports avec celle qu’a connue Lao Tseu, que l’Egypte moderne avec celle du temps des pharaons. Au plan humain — qui normalement concerne la médecine —, la Chine moderne n’est autre qu’une dictature, dans laquelle se déroulent plus de condamnations à mort (et se vendent plus d’organes desdits condamnés) que dans tous les autres pays du globe réunis.
En médecine traditionnelle, l'homme ne peut être compris séparément de son milieu. Confucius — encore lui — disait que « le piètre médecin ne s'intéresse qu'à la maladie ; le bon médecin s'intéresse au malade ; le grand médecin s'intéresse à la société humaine ». ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*