BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Dojo

article

L’espace sacré du pratiquant

A l’instar de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, toutes celles et ceux qui enseignent, pratiquent, ou évoluent dans un Dojo traditionnel, bénéficient de la profonde influence du feng shui le plus classique.

Par Georges Charles


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°32
Extrait du dossier : Feng Shui, l'équilibre de l'habitat
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

A l’instar de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, toutes celles et ceux qui enseignent, pratiquent, ou évoluent dans un Dojo traditionnel, bénéficient de la profonde influence du feng shui le plus classique.

Le dojo, un espace sacré
Dojo, en japonais, signifie simplement «Lieu» (Jo) de la «Voie» (Do). Par extension, «Le Lieu où l’on trouve la Voie». Comme très souvent en ce qui concerne les termes japonais liés à la tradition authentique, ce terme provient de la transcription littérale du chinois Tao Chang (Dao Jang). Do représente bien évidemment le Tao, la Voie, le principe. Jang (Chang) est le lieu, l’espace sacré où l’on se réunit. Ce caractère se constitue lui-même de deux parties : à gauche, la Terre (Ti), à droite, le soleil dardant ses rayons, figure que l’on retrouve dans le caractère yang du yin/yang. C’est, symboliquement, l’endroit sur terre où l’on trouve l’Illumination, le «Lieu de l’Eveil». Ce n’est donc pas un hasard si le Tao Chang est pour les Chinois, et particulièrement les Bouddhistes : L’endroit où le Bouddha obtint l’éveil (Bodhi) ; le lieu où l’on enseigne le Bouddhisme ; le lieu réservé au culte et aux offrandes, l’espace sacré où se déroulent les liturgies, les rites pour la délivrance des âmes dans les enfers, pour obtenir les bénédictions d’en haut (Ricci). Il ne s’agit donc pas de quelque chose d’anodin évoquant plus ou moins et uniquement un club sportif ou un gymnase municipal, fut-il agréé fédéralement.

Butokuden, la salle de la vertu chevaleresque
Essayons de ne pas perdre de vue que le Confucianisme est encore, avec le Bouddhisme et le Shintoïsme, l’une des trois religions d’Etat du Japon actuel. Le principe essentiel du Confucianisme, qu’on le veuille ou non, consiste à «rendre aux mots leur juste valeur». On imagine que les lettrés japonais de jadis ont donc choisi le terme «dojo» en connaissance de cause. Il fut officiellement utilisé pour la première fois dans le décret impérial signé de l’Empereur Kammu (736-805), au tout début de la période Heian, en 794, lors de l’ordre de l’édification du Butokuden, ou «Salle de la Vertu Chevaleresque» (ou Martiale !), premier Dojo situé dans le Parc du Palais Impérial de Heian Jingu à Kyôto. L’empereur décida, de par ce décret particulier, que la doctrine confucianiste servirait désormais de modèle dans toutes les cérémonies de ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*