BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Transmettre le Taiji

article

« Savoir-faire et savoir-être. »

En octobre 1999, Génération Tao souhaitait ses dix années d’existence au « Taiji dans les lycées » à l’occasion d’un article où Jean-Jacques Sagot, enseignant d’exception, exposait le parcours de cet art dans le bastion de l’éducation nationale. Quelques

Par Jean-Jacques Sagot


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°38
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Mathieu : Jean-Jacques, pendant ces trois années de lycée, tu nous as présenté tous les aspects du taiji, aussi bien l’art martial que les bases de la philosophie orientale, car l’un ne va pas sans l’autre. Puis nous avons tous les trois quitté le monde lycéen après notre bac l’année dernière. Lorsque nous évoquons notre « passé » lycéen et le fait d’avoir passé l’option taiji au bac, beaucoup de gens sont étonnés. Avons-nous reçu un régime spécial ?
Jean-Jacques Sagot : Sûrement pas. Le taiji que vous avez appris avec moi est parfaitement intégré dans le cursus officiel. Un petit retour en arrière s’impose pour que vous compreniez la genèse de cette aventure. Mon métier est d’enseigner l’éducation physique au sein de l’Education Nationale. Celle-ci, vue de l’extérieur, est une grosse machine avec ses codes, ses habitudes, ses diplômes, etc. Elle définit des cadres institutionnels, des objectifs, des contenus éducatifs. Cependant, lorsque nous sommes dans la « grosse machine », nous avons des espaces de liberté pour utiliser des contenus variés en s’inspirant du champ culturel de la société. C’est même un devoir lorsque l’on est enseignant, l’école devant être en phase avec la société. Aussi ai-je eu l’envie d’incorporer l’approche spécifique des arts chinois du mouvement dans mon enseignement quotidien auprès de mon « public » lycéen. En fait, ça s’est fait très vite, grâce à deux facteurs, mon enthousiasme, et l’approbation bienveillante de mon chef d’établissement — Jean-Pierre Chavaneau, aujourd’hui disparu, qu’il soit remercié ! — et de mes inspecteurs d’académie. La deuxième étape a été l’agrément en tant que discipline optionnelle au bac, qui s’est faite normalement, sans accroc ni militantisme excessif. C’est ainsi que j’enseigne depuis 1990 le tai ji quan au lycée et fais passer l’option EPS tai ji quan au bac.

Julian : Tu nous as quand même infligé un régime bien spécial ! Si l’on compte le nombre d’heures consacrées au taiji durant notre scolarité !
JJS : C’est vrai, en seconde, les élèves ne choisissent pas leurs contenus d’EPS et j’aime bien aborder les petits nouveaux par quelque chose qui les déconcerte, qui change leurs habitudes et leurs représentations des cours de « sport ». Et puis, c’est une incitation à s’engager sur une voie nouvelle et différente. La classe de première est consacrée à l’étude d’une forme Yang rapide et celle de terminale à l’étude au choix d’une forme ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*