BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Chang Quan et Nan Quan

article

Deux styles à part entière du Kung Fu Wushu

Avec l’introduction du Wushu aux Jeux Olympiques de 2008 en Chine, une parfaite connaissance des pratiques de compétition est devenue nécessaire. En effet, certaines sont encore peu développées en France et non reconnues à leur juste valeur. Ainsi en est-

Par Fa Sun


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao hors-série n°1 : Kung Fu, Taï Ji Quan & Qi Gong
Nb de pages : 6

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Le Chang Quan
Le terme "Chang Quan" est très ancien. En effet, il se trouve déjà dans le chapitre Chan Jing Jie Yao extrait du livre de la Dynastie Ming : Ji Xiao Xin Shu qui décrit des techniques de poing. Il y est raconté qu’un grand maître de la boxe chinoise a créé 32 formes de Chang Quan qui perdurent jusqu’alors.
"Chang Quan" apparaît également au milieu de la Dynastie Qing, sous la désignation "Taï Ji Chang Quan", forme comprenant 108 mouvements. A ce propos, Wang Song Yu a mis au point une "chanson" en 13 maximes. Cette ritournelle précise que le Chang Quan est sans cesse en mouvement, comme les vagues de la mer.
Actuellement, "Chang Quan" désigne davantage un style approprié aux compétitions. Il réunit les différents styles traditionnels du Nord, localisés au-dessus du Fleuve Long, dans les régions environnant le Fleuve Jaune, dont les plus connus sont Cha Quan, Hua Quan, Pao Quan, Dan Tui, Hong Quan et Shao Lin.
Ce style est caractérisé par des techniques de jambe très riches, des mouvements ouverts, amples, alternant des positions hautes et des positions basses (comme "les vagues de la mer") et des rythmes rapides ; il dégage beaucoup de force.

Les principes du Chang Quan
Ce style comprend :
1. Des bases définies par des règles
•les "images" ou représentations visuelles de poing : Chong Quan, Pi Quan, Beng Quan, Guan Quan, La Quan.
•les mouvements ou techniques dynamiques de poing : Tui, Tiao, Liao, Pi, Kan, Ping, Beng, Gai.
•les pas de base : Xi Bu, Ma Bu, Gong Bu.
•les techniques de jambe (Tui Fa) : Tan (ressort), Deng (talon), Chuai, Dian, Li He, Wai Bai, Sao (balayer).
•les techniques de lutte, blocage, saut, équilibre.
2. Des "tao lu" individuels
•de forme imposée : on en compte deux, correspondant à des niveaux de pratique différents. L’un est simplifié pour débutant ou amateur (I Ji Quan), l’autre étant plus complexe pour les compétitions (Jia Ji Quan). On retrouve ces deux niveaux dans les techniques à mains nues et avec armes (sabre, épée, lance, bâton). Chaque "tao lu" doit respecter une durée réglementaire.
•de forme libre : leur composition est libre mais respecte les règles générales en ce qui concerne le nombre de mouvements, les catégories répertoriées de mouvements, les règles particulières de chaque mouvement et la durée du "tao".
L’avantage de cette codification est qu’elle ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*