BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Des maîtres et des élèves

article

« Tous les élèves mangent à la cantine, mais un seul dans la cuisine… »

Génération Tao a glissé son micro pendant une réunion de la commission interne de la Fédération de Wushu : comment reconnaître un maître ? Qu’est-ce qu’un bon élève ? Faites-vous une différence entre « enseigner » et « transmettre » ? Existe-t-il des ense

Par La Rédaction


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°44
Extrait du dossier : L’art de la transmission
Nb de pages : 5

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Vous cumulez à vous quatre près de quatre-vingts années d’enseignement ? Faites-vous une différence entre enseignement et transmission ?

Pol Charoy : Selon moi, il existe plusieurs démarches, celle de l’élève qui souhaite un enseignement et celle du disciple qui recherche un maître pour lui transmettre le « secret », le « talent », autrement dit, quelque chose qui va le rendre unique; une même personne pouvant bien sûr passer du statut d’élève à celui de disciple. La transmission contient ainsi une phase d’enseignement, et une phase proche du particulier, de l’intime, voire du mystère… Mais pour vous, Tunken et Kunlin, en tant que professeurs chinois, percevez-vous une différence entre l’enseignement et la transmission ?

Wong Tunken : Oui, mais il faut pouvoir trouver des élèves qui soient proches, ou qui aient un bon niveau, sinon, la transmission ne marche pas. Parfois, j’enseigne et transmets à un élève des connaissances, mais son corps ne suit pas le mouvement. Tout simplement parce qu’il doit avoir saisi ce qu’est l’intention pour pratiquer les arts martiaux chinois internes. Car c’est elle qui dirige le corps, mais il ne peut le comprendre qu’en ayant acquis un certain niveau de pratique. Sinon il imagine, et ne faire qu’imaginer appartient au domaine du rêve, ce n’est pas palpable !

Pol Charoy : Il y aurait donc selon toi des notions qui ne peuvent se transmettre que si l’élève est déjà préparé par un enseignement de base qui lui permet de s’ouvrir pour recevoir…

W. T. : Oui, de base, mais ensuite, il faut pouvoir élever le niveau.

P. C. : Est-ce de cette manière que la transmission se réalise en Chine ?

W. T. : Oui. En Chine, nous avons pour habitude de dire que tous les élèves mangent à la cantine, mais il n’y en a qu’un qui mange dans la cuisine… ! Mon confrère Wang Likun marchait tous les jours vingt kilomètres pour aller apprendre auprès de son maître. En France, ses élèves lui disent : « Je veux tout apprendre ! Mais lui, répond que ça ne marche pas comme ça : « Pourquoi devrais-je tout vous enseigner ? ! — leur dit-il — Pour connaître tout ce que je sais aujourd’hui, j’ai travaillé dur, respecté mon prof, et même si je n’avais pas grand-chose à manger, je lui
donnais une partie de ma ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*