BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Idées au gramme

article

Aimer, aïe aïe aïe!

Aimer d’amour ou d’amitié ? Qui ne s’est un jour posé cette question. Chacun y répond à sa manière et chaque civilisation à sa façon. La Chine, qui s’en étonnerait, en a fait d’abord une affaire de souffles et pour finir une question sociale.

Par Cyrille J. D. Javary


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°25
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Aimer d’amour ou d’amitié ? Qui ne s’est un jour posé cette question. Chacun y répond à sa manière et chaque civilisation à sa façon. La Chine, qui s’en étonnerait, en a fait d’abord une affaire de souffles et pour finir une question sociale. L’idéogramme "aimer" dans sa forme classique(1) est composé de trois éléments superposés. En haut, la contraction d’un signe d’incorporation(2), au-dessous le signe du cœur(3) commun à tous les caractères écrivant des sentiments, et en bas la graphie dite de la "marche entravée"(4). L’histoire commence avec la représentation d’un être humain la bouche grande ouverte devant laquelle est un souffle. Le sens dépend alors du mouvement de ce souffle. S’il va vers l’intérieur, comme une sorte de hoquet, il sera l’image d’un manque ; s’il est dirigé vers l’extérieur, comme une sorte de rot, il sera la marque d’une plénitude. Bien qu’aujourd’hui les traits du pinceau ne le laissent plus voir, à l’origine, ces deux notions antagonistes étaient écrites avec le même caractère, seulement retourné selon une symétrie droite-gauche. Le signe du manque se retrouve, combiné avec terre, dans le nom du trigramme Kan, le ravin, l’endroit où la terre manque. Celui du trop plein, combiné avec le signe d’un bol de riz, dans le caractère signifiant déjà (le repas déjà mangé), dans le nom du 63° hexagramme Déjà Traversée. C’est à partir de ce dernier que la forme la plus ancienne du caractère "aimer" va se construire, associant l’idée d’emplissage(2) avec le signe du cœur(3) : l’amour est d’abord ce qui abonde, ce qui rassasie le cœur. Ensuite, avec le temps, ou plutôt avec l’arrivée du puritanisme social auquel l’idéologie impériale donnera le masque du confucianisme, l’amour cessera d’être lu comme ce qui emplit, pour devenir ce qui empêche. Le haut de l’idéogramme, remplacé par une graphie compactée, perdra sa lisibilité et surtout le bas sera lesté du signe de la "marche entravée" représenté par un être humain dont la marche est gênée par une sorte de fil à la patte qui le tire en arrière. Et voilà le vif amour chinois mis au fer, contraint pour de longs siècles par le conformisme qui poussera la contention jusqu’à mutiler les pieds des femmes, qui subiront ce cauchemar jusqu’à l’avènement de la république en 1911. Le caractère lui restera inchangé jusqu’en 1957. Lors, la loi sur la simplification de l’écriture en proposera une nouvelle graphie(5), pas tellement ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*