BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Le Corps, chantier du 21e siècle

article



Parler du corps humain au 21e siècle, c’est ouvrir un chantier d’une haute complexité, se confronter à des représentations sociales multiples, contradictoires, ambivalentes.

Par David Le Breton


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°19
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Parler du corps humain au 21e siècle, c’est ouvrir un chantier d’une haute complexité, se confronter à des représentations sociales multiples, contradictoires, ambivalentes. Je distinguerais pour ma part sommairement plusieurs tendances, mais qui ne s’annulent pas les unes les autres. La relation contemporaine au corps est à l’image d’un immense vestiaire où chacun puise son modèle, l’abandonne les heures qui suivent pour prendre un autre costume. En d’autres termes, il ne faut pas penser le rapport contemporain au corps en termes univoques mais de façon plurielle. Le corps est en effet adulé comme il est méprisé, perçu comme une forme de salut ou comme un enfer, il est parfois radicalement opposé à l’esprit ou au contraire l’homme s’affirme résolument comme un homme de chair, refusant toute coupure entre corps et esprit. Et parfois le même individu, sans s’en apercevoir, passe d’un registre à un autre. Un premier imaginaire considère le corps comme une forme inachevée, insuffisante en elle-même à assurer une présence suffisamment valable au sujet. Le corps est alors perçu comme un brouillon qu’il convient d’amener à une meilleure apparence. On connaît à cet égard l’engouement pour les régimes alimentaires, le culturisme, les salles de mise en forme, la chirurgie esthétique, les marques corporelles, etc. L’homme s’érige alors en bricoleur de son corps, il noue avec lui des relations ambivalentes. A la fois il l’investit fortement, mais il le dénigre comme une forme inachevée. Le thème de la "modification du corps" est devenu socialement très porteur. L’obsolescence du corps est devenu un cri de ralliement de certaines entreprises technoscientifiques radicales. L’espèce humaine semble à leurs yeux entâchée d’un corps qui rappelle trop l’humilité de sa condition. La précarité de la chair, son manque d’endurance, la maladie, la vieillesse, la mort, l’"insoutenable légèreté de l’être" sont insupportables. Le corps est un brouillon, il faut le rectifier, voire même le liquider au profit d’une forme plus digne et plus à la hauteur des techniques contemporaines. Un premier soupçon à l’encontre du corps se traduit par la formidable consommation des prothèses chimiques pour réguler la tonalité affective du rapport au monde de nombre d’individus. Sans être malade, on prend des produits pour dormir, se réveiller, être en forme, énergique, améliorer la mémoire, le rendement, supprimer l’anxiété, le stress, etc., autant de prothèses chimiques à un corps perçu comme défaillant dans les exigences requises par le monde contemporain, pour rester à flot dans ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*