BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Da Cheng Quan

article

La quintessence des arts martiaux

Le Da Cheng Quan est un art martial à la frontière de l’interne et de l’externe. Il a été mis au point par le grand maître Wang Xiangzhai qui a fusionné en une seule technique les avantages de différentes écoles.

Par Pierre Lagorce


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°7
Extrait du dossier : Yi Quan, Da Cheng Quan et Wu Shu
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

L’histoire et la légende de Wang Xiangzhai naquirent en 1885 dans la province de Hebei. Comme beaucoup de grands maîtres d’arts martiaux, il était un enfant fragile. A 14 ans, pour renforcer sa santé, il devint le disciple de GUO Yun Shen, boxeur d’une maîtrise exceptionnelle que l’on surnommait « la paume divine ». Il apprit auprès de lui le Xing Yi Quan, la boxe de la forme et de l’intention. A la mort de son maître qui lui avait transmis tous ses secrets, il quitta son village et parcourut la Chine du Nord au Sud pour rencontrer les maîtres les plus remarquables de son époque et devint ainsi un spécialiste des grandes écoles de Wushu. Il étudia les techniques du monastère de Shaolin avec le moine Xinglin et le vieux maître de ce dernier, Benkong. Après quoi, il se familiarisa avec les cinq jeux de mains du Wujiliaoshou sous la direction de FANG Shizhuang. Puis il aborda la boxe taoïste de l’école de Wudang et la boxe de la grue, le Hequan avec XIE Tiefu, surnommé “le Barbu”. Il affronta ce maître, considéré comme le virtuose de la Chine du Sud. Leur combat épique est resté dans les annales. M. XIE attaquait à la vitesse de l’éclair. Mais M. WANG était capable de répondre à n’importe quelle situation. Une admiration et un respect réciproque les unirent. Lorsqu’ils se quittèrent, M. XIE déclara : Toujours animé par sa passion du Wushu, Wang aborda ensuite le Bagua Zhang, “boxe des huit trigrammes” et enfin le Taiji Quan, la “boxe du faîte suprême”. Fort de ses connaissances, Wang Xiangzhai fonda une école à Shanghai et entreprit de réformer le Xing Yi Quan. Afin de rappeler à ses élèves la prééminence de l’intention sur la forme il rebaptisa le Xing Yi et lui donna le nom de Yi Quan la “boxe de l’intention”. Après quelques années, il retourna à Pékin. Au sommet de son art, il créa le Da Cheng Quan (“Boxe de la Grande Réalisation”), fruit de sa longue expérience. La dernière partie de sa vie fut consacrée au développement de techniques de santé particulièrement efficaces et d’une grande simplicité d’application. Suivant la tradition, il transmit l’essence de son enseignement à WANG Xuanjie qui devint un des grands maîtres contemporains et à sa fille madame WANG Yu Fang. C’est à présent Maître HE Zhen Wei qui ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*